Pourquoi il y a peu de chances pour que le coronavirus SARS-CoV-2 perde sa virulence

Selon ces experts en écologie évolutive et en épidémiologie, la certitude que l’évolution tendrait généralement vers une perte de virulence tient davantage de l’idée reçue que du fait scientifique. Non seulement les enseignements de la biologie de l’évolution n’accréditent-ils pas cette thèse, mais qui plus est, divers indices laissent penser qu’il est peu probable que la virulence du SARS-CoV-2 disparaisse.

Beaux jours # fin de l’épidémie

Les niveaux de rayonnement UV étant plus élevés en été, ces résultats suggèrent qu’il existe effectivement un effet saisonnier sur la transmission du coronavirus SARS-CoV-2. Cependant, il est important de noter que cette corrélation n’est pas synonyme de causalité : le rayonnement UV n’est pas nécessairement la cause de la diminution de la transmission observée, il peut également être corrélé à d’autres facteurs de causalité. On sait par exemple que plus le rayonnement UV est élevé dans une ville, plus celle-ci a tendance à être chaude.

Obligation de formation 16-18 ans (projet de décret)

La mission locale convoque le jeune et son représentant légal et en l’absence de respect de l’obligation de formation dans un délai de 2 mois, elle en « informe le président du conseil départemental » qui peut mettre en oeuvre les actions prévues dans le cadre de l’aide sociale à l’enfance « ou toute autre mesure adaptée à la situation du jeune ».